Explosion des cours du Cuivre

Grève des mineurs de Cuivre chiliens : Explosion des cours

Le cuivre va coûter de plus en plus cher à cause d’une combinaison de facteurs.
Les travailleurs d’Escondida au Chili, la plus grosse mine de cuivre au monde, propriété de l’anglo-australien BHP Billiton, ont entamé une grève « dure » pour demander des hausses de salaires, un conflit qui inquiète les marchés. La grève avait été approuvée par « 99,9 % » des quelque 2.500 salariés d’Escondida, après des semaines de négociations avec l’actionnaire principal.
Cette mine du nord du Chili produit environ 927 000 tonnes de métal rouge par an, soit 5 % de l’offre mondiale. Si le problème n’est pas résolu, Freeport-McMoran estime que sa production de cuivre devrait baisser de 170 millions de livres au premier trimestre. Chaque mois supplémentaire de délai se traduira par 70 millions de livres non produites. 2 500 salariés de la plus grosse mine de cuivre au monde réclament au groupe anglo-australien une hausse des salaires équivalente à 7 % ainsi qu’un bonus équivalent à 39 000 dollars – la direction en proposerait 8 millions, avec des salaires inchangés. Les ouvriers affirment n’avoir eu aucun contact avec la direction depuis le début du mouvement, et demandent à l’exécutif chilien de nommer un médiateur.
De son côté, la direction de BHP Billiton, l’anglo-australien premier actionnaire du groupe, a annoncé suspendre sa production pour au moins 15 jours. Et l’arrêt du travail dans la plus grosse mine du monde est en train de créer un effet domino mondial. Le sort de ce site de production stratégique inquiète les marchés, qui craignent une hausse des prix – d’autant que la situation semble également instable dans la deuxième mine du monde, Grasberg en Indonésie, gérée par l’américain Freeport-McMoRan, après de nouvelles réglementations minières.

La tendance à la hausse  des cours qui s’affolent déjà s’amplifie. Depuis le 1er janvier, le cuivre a pris 11 %, et même 30 % sur six mois. Rappelons que la précédente grève massive observée à Escondida, en 2006, avait duré 25 jours. A l’heure actuelle, les employés travaillent 12 heures quotidiennes pendant sept jours puis se reposent une semaine, leur salaire étant parmi les plus élevés du pays. L’entreprise maintient une position inflexible.
De nombreux analystes spécialistes du cuivre ont déjà revu en hausse leurs anticipations de prix pour cette année. Les plus optimistes voient les cours de la tonne en moyenne à 6 600 dollars, soit 10 % de plus qu’aujourd’hui.
A suivre…

Article issu du Bulletin d’alerte Février 2017 de  l’Observatoire Stratégique de la Sous-Traitance OSST